VIVANT et nous. (Forum non officiel de VIVANT)

Un forum pour discuter de ce que nous voudrions que la société devienne et des effets que pourraient avoir les idées du mouvement VIVANT de Roland Duchatelet.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 France Europe Express du 14 janvier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Henri
Admin
avatar

Nombre de messages : 1604
Age : 51
Localisation : Waremme (c'est coemique non?)
Date d'inscription : 30/07/2006

MessageSujet: France Europe Express du 14 janvier   Lun 15 Jan - 12:33

La citoyenneté européenne est-elle une réalité ?

Dimanche 14 janvier Christine Ockrent proposait, dans son émission France Europe Express, un plateau consacré à la place réservée à l’Europe dans le discours des candidats à la présidence de la république française. La chancelière allemande, Angela Merkel, interviewée à Berlin, donnait son point de vue sur plusieurs aspects de la politique des états en matière de construction de l’Europe.

La perception de l’Europe, par ceux qui devraient en être les citoyens, n’est pas ce qu’il conviendrait qu’elle soit pour permettre le redémarrage d’une construction européenne dont les partis de gauche comme de droite s’accordent à constater la stagnation. Les intervenants de l’émission reconnaissent tous que l’Europe n’est pas perçue de manière positive par sa population. Michel Barnier, porte parole de Nicolas Sarkozy, admet à demis mots que la structure de l’Europe permet aux fonctionnaires de prendre des décisions seuls si les députés les « laissent faire ». Ce constat touche à l’un des reproches fait par la plupart des européens à l’administration européenne qu’ils considèrent comme une machine impersonnelle, composée de fonctionnaires non élus qui imposent des directives dont le sens et l’intérêt échappe à la compréhension du citoyen Lambda.

Il est assez malaisé de nier le fait que la froideur des européens face à l’Union n’est pas inspirée que par des sentiments subjectifs. L’image que renvoient les députés européens n’est pas celle d’élus actifs défendant les intérêts des citoyens et œuvrant efficacement à la construction européenne. L’image du député européen peu présent, inactif, profitant d’une position confortable, trop rémunéré et couteux par ses déplacements entre les diverses implantations des institutions européennes est très présente dans l’esprit des citoyens. Mais cette image est elle entièrement fausse ? Et, si tel est le cas et que l’image qu’a le citoyen de l’Europe est déformée, à qui la faute ? Le citoyen perçoit ses politiques tels qu’il les voit. A charge du politique de démontrer avec clarté la réalité de son travail et de mettre en place les règles permettant de pénaliser ceux qui ne participent pas à la charge que les électeurs lui ont confié.

Les compétences que s’accorde l’Europe sont elles aussi source de nombreuses critiques. Trop souvent les directives européennes tentent de réglementer des aspects très régionaux de la vie quotidienne des citoyens, l’expérience montre que ceux-ci admettent difficilement l’ingérence de leur propre état dans la gestion quotidienne de leur cadre de vie immédiat. Comment espérer que soient acceptées par la population des décisions prises dans des structures aussi éloignées que celles de l’union ? En revanche, dans les secteurs où un discours commun pourrait apporter un véritable progrès et donner une image unie des membres, l’Europe est absente ou quasi absente. Quid de la politique énergétique commune ? De la négociation de l’achat d’énergie en dehors de frontières de l’union permettant l’obtention de meilleurs prix ? De la police commune ? De la défense commune permettant de rendre plus efficace les interventions humanitaires et de faire d’importantes économies sur les budgets militaires ? De l’harmonisation sociale évitant la concurrence entre état ? De l’harmonisation fiscale ? De la politique de financement de la recherche ? De la politique étrangère ? Et que dire de la mise sous respirateur artificiel de l’agriculture européenne par une PAC qui subsidie les très grosses exploitations et génère des abus et des excédents qui nuisent à la qualité des produits que nous consommons tout en détruisant l’économie des pays les plus pauvres hors Europe ? Les compétences de l’Europe doivent d’une part, être expliquée très clairement au citoyen et, d’autre part, être redéfinies de manière très précises pour ne s’exercer que là où les particularismes régionaux n’entre pas en jeu.

La structure et le mode de gouvernance alternée de l’Europe sont elles-mêmes des conditions favorables à l’immobilisme. Comment assurer la pérennité d’une orientation lorsque la présidence européenne n’est exercée que durant quelques mois par chacun des pays composant l’Union? Au sein de l’Europe la notion de pays devrait être ignorée pour privilégier celle d’une Europe globale non pas composée de différentes nationalités, mais d’une population aux intérêts communs dans des domaines précis. L’égalité de représentation de chaque pays est une hérésie. Comment accepter que 11 millions d’habitants aient le même poids politique que 60 millions ? Ce principe est en totale contradiction avec l’équité démocratique qui veut qu’une voix égale une voix. L’Union devrait disposer d’un véritable gouvernement et de ministères actifs dans les seuls domaines où l’intérêt de tous est avéré. Ce gouvernement devrait être élu tous les cinq ans par l’ensemble des européens. Afin de ne pas permettre à une région de l’Europe d’imposer sa volonté aux autres, un conseil d’arbitrage, composé d’un nombre égal de membres de chaque région devrait être constitué, ce conseil, pouvant être saisi à la demande des représentants de région ou d’un groupe de citoyens, serait chargé d’examiner les propositions litigieuses en se fondant sur une vraie constitution à la foi simple et respectueuse de principes applicables à tous.

L’Euro était présent dans le débat, le plus souvent cité à la barre des accusés. L’Euro est l’exemple même de l’échec de la communication entre l’administration européenne et ses citoyens. Le pouvoir d’achat a diminué en Europe, c’est un fait difficilement contestable et les consommateurs sont mieux placés que quiconque pour en juger. Deux arguments se sont dégagés du discours des parties en présence lors du débat ; Selon les uns la situation serait pire encore si l’Euro n’était pas là et selon d’autres la Grande Bretagne, qui n’utilise pas l’Euro, a vu elle aussi diminuer le pouvoir d’achat de ses citoyens. Le premier argument est une hypothèse qui répond à un fait, le second argument est facilement réversible puisque les citoyens Suisse, qui n’utilisent pas l’Euro eux non plus, ont cessé de franchir la frontière franco suisse pour faire leur achat en France en raison de la réduction de la différence de prix entre la zone euro et la Confédération Helvétique. Les citoyens sont donc prêts à accepter le fait de la nécessité d’une monnaie commune, mais il serait temps de leur expliquer pourquoi les promesses faites à l’occasion de la création de la zone euro n’ont pas été tenues et ce qui justifie réellement l’augmentation du cout de la vie.

La construction européenne sera possible si l’Europe est à l’origine d’un véritable progrès innovant et si ce progrès est orienté vers le bien être de la population. L’instauration du revenu de base prôné par VIVANT, le glissement de l’impôt sur le travail vers la taxe sociale, également défendue par VIVANT, génératrice d’emploi et cessant de favoriser les importations en provenance de pays à faible niveau de protection sociale sans pour autant mettre en place un protectionnisme sans issue et qui serait infailliblement suivi de mesures similaires par les autres régions du globe, sont autant de progrès qui pourraient très rapidement remettre en marche une Europe qui cesserait d’être élitiste et théorique pour devenir humaine et concrète.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://henri-geradon.ephpbb.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: France Europe Express du 14 janvier   Jeu 1 Fév - 13:44

Je vais faire un résumé simple on patine dans la choucroute et on n'est pas près d'avancer à cette allure là
Revenir en haut Aller en bas
biaffs
Ado plein de verve
Ado plein de verve


Nombre de messages : 31
Date d'inscription : 05/03/2007

MessageSujet: Re: France Europe Express du 14 janvier   Mar 13 Mar - 17:52

Snoepje a écrit:
Je vais faire un résumé simple on patine dans la choucroute et on n'est pas près d'avancer à cette allure là

depuis la naissance de l'euro il y a de plus en plus de citoyen mecontant et je peu les comprendre moi je voterais pour le premier qui prone de quitter cette m....... européenne qui n'amene que delocalisation et regression sociale
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: France Europe Express du 14 janvier   Mar 13 Mar - 18:39

Je vois ça autrement encore
Il ya peut être moyen d'enfin construire une vraie europe avec une constitution solide tant économique que politique et surtout judiciaire et pénale
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: France Europe Express du 14 janvier   

Revenir en haut Aller en bas
 
France Europe Express du 14 janvier
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Iode 131 en Europe
» Europe 1 à Rouen
» Europe Fédérale
» recherche sur le statut des régions en Europe
» Loi n° 78-17 du 6 Janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
VIVANT et nous. (Forum non officiel de VIVANT) :: Vos critiques, vos inquiétudes face au système actuel. :: Vos réflexions face à l'actualité.-
Sauter vers: